Affiche de Assassin's Creed II

Assassin's Creed II

Édité/développé par Ubisoft.
Plateforme(s) : PS3, Xbox 360, PC...







Après un premier opus prometteur mais perfectible Ubisoft récidive en livrant la suite des aventures temporelles de Desmond Miles. Au revoir la Palestine et les Croisades, bonjour l'Italie de la Rennaissance, on quitte en effet Altaïr pour faire la connaissance de son descendant italien Ezio Auditore Da Firenze.


On retrouve donc Desmond là ou on l'avait laissé, retenu par la société Abstergo afin que celui-ci puisse revivre les souvenirs de ses ancêtres grâce à l'Animus. Cette fois-ci, Desmond découvre un autre de ses ancêtres, Ezio Auditore Da Firenze, jeune Florentin gâté et insolent qui deviendra assassin afin de venger le meurtre de sa famille. Si le scénario se veut plus compliqué que celui de l'opus précédent et risque d'en perdre plus d'un, il n'en reste pas moins très bien construit et on prendra plaisir à accompagner Ezio dans son voyage à travers l'Italie. On sera aussi surpris de croiser de nombreux personnages historiques tels que Rodrigo Borgia ou encore Léonard de Vinci qui s'intègrent parfaitement à l'histoire.

Le gameplay reste le même que pour le premier tout en s'offrant quelques nouveautés que l'on accueille à bras ouverts. Le soft se dote de quelques quêtes annexes (assassinats, filature,...) et de la visite de tombeaux d'assassins qui mettront les talents d'acrobates d'Ezio à rude épreuve, ces quêtes seront l'occasion d'effectuer une pause dans la progression principale et en raviront plus d'un. On dit ainsi au revoir au coté plutôt répétitif du premier opus qui était un de ses défauts majeurs.
La prise en main se révèle être aussi jouissive que dans le premier opus, Ezio possédant une panoplie de mouvements encore plus développée que celle d'Altaïr, on aura désormais la possibilité d'assassiner une cible depuis les toits, de nager (Altaïr n'avait pas eu l'occasion de nous montrer ses talents de nageur) et d'interagir avec les groupes de voleurs, de mercenaires ou de prostituées qu'on pourra engager si on possède un peu d'argent dans notre bourse. On voit aussi notre arsenal s'agrandir notamment avec l'arrivée d'une seconde lame secrète ou encore de bombes fumigènes et d'un pistolet, ces nouvelles armes permettant de varier nos techniques d'assassinat au fur et à mesure de notre progression dans le jeu.


Du coté des graphismes, l'architecture des villes proposées (Florence, Venise, Forli,...) est tout simplement splendide, chaque cité possédant son identité propre et des monuments célèbres dont on pourra connaître l'histoire grâce à la base de données de l'Animus. On aura ainsi plaisir à arpenter les moindres recoins de chaque cité, celles-ci bénéficiant d'une map conséquente vous offrant un terrain de jeu qui vous occupera durant un moment. Le seul bémol viendra de la modélisation des personnages, légèrement en dessous des qualités graphiques que peuvent offrir des consoles next-gen, cependant Ezio ne pert rien en fluidité et en rapidité bien au contraire et c'est toujours un plaisir de se déplacer avec ce nouvel assassin.

La bande-son reste tout aussi impeccable que dans le premier volet. On y retrouve des thèmes splendides composés par Jasper Kyd qui s'accordent merveilleusement avec l'époque visitée. Les villes visitées bénéficient d'un rendu sonore bien supérieur à celui du premier volet, il ne sera pas surprenant d'entendre en plein milieu de la rue, des conversations portant sur le climat politique ou sur vos exploits accomplis. Quand au doublage, on retrouve Xavier Fagnon (doubleur de Jude Law dans Sherlock Holmes) qui prête à nouveau sa voix à Desmond et Gilbert Lachance (doubleur officiel québécois de Johnny Deep, Heath Ledger ou encore Matt Damon) qui endosse le rôle d'Ezio. Comme pour le précédent opus, Ubisoft nous offre un doublage de qualité.

Certes on pourra reprocher à Assassin's Creed II, un scénario un peu complexe, une modélisation des visages qui jure un peu avec le reste des graphismes, mais malgré cela Ubisoft parvient à corriger les défauts que comportait le premier opus. On prend plaisir à avancer dans l'Italie de la Renaissance tant le gameplay est souple et facile à prendre en main et grâce aux nombreuses missions annexes qui vous occuperont durant un bon moment (comptez environ une trentaine d'heures pour terminer le jeu à 100%). Le changement d'époque se fait sans soucis et le personnage d'Ezio plait tellement aux fans de la franchise qu'Ubisoft décidera de lui consacrer 2 autres opus intermédiaires afin de conclure son épopée. Ce qu'ils sont coriaces ces italiens !



Par Florian

Commentaires

Partagez votre point de vue, commentez ce test ou rédigez même votre propre test !



Fatal error: Uncaught exception 'PDOException' with message 'SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1064 You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 's Creed II' ORDER BY id' at line 1' in /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php:115 Stack trace: #0 /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php(115): PDO->query('SELECT pseudo, ...') #1 {main} thrown in /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php on line 115