Affiche de Assassin's Creed III

Assassin's Creed III

Édité/développé par Ubisoft.
Plateforme(s) : PS3, Xbox 360, PC, Wii U...







Après deux épisodes que l’on pourrait qualifier « d’intermédiaires » Ubisoft nous offre enfin la fin des aventures temporelles de Desmond et de ces ancêtres. Après Altaïr et Ezio, il est temps de rencontrer un autre ancêtre de la famille Miles nommé Ratohnhaketon ou Connor Kenway pour les intimes qui devra évoluer en pleine Révolution Américaine.

La fin du monde est proche… C’est dans ce contexte que débute Assassin’s Creed III. Afin d’éviter des éruptions solaires qui détruiront le monde, Desmond et les autres assassins doivent en effet se rendre dans un temple crée par la Première Civilisation, malheureusement tout n’est pas si simple et ils devront se lancer à la recherche d’artefacts qui permettront d’ouvrir les portes de ce temple. Desmond doit donc une nouvelle fois retourner dans l’Animus afin de localiser ces artefacts. On découvre ainsi Connor, jeune amérindien dont le village est détruit par les soldats britanniques et qui sera amené à rejoindre la Confrérie des Assassins afin de se venger et tenter de mettre un terme à l’invasion britannique.

Après deux opus plutôt faiblards scénaristiquement, ce dernier volet place la barre très haute en proposant un scénario magistralement orchestré, l’histoire de Connor est aussi passionnante que celle d’Altaïr et d’Ezio et l’on découvre un héros en proie au doute qui est plongé dans un contexte qui le dépasse. Seule la séquence finale pourra en décevoir plus d’un car même si elle conclut plutôt bien la saga, celle-ci ouvre la possibilité de voir débarquer une suite sur nos consoles d’ici quelques temps… Dommage.

Le système de combat de la série a été complètement amélioré à l’occasion de cet opus. Connor possède ainsi un système de combat plus agressif qu’Altaïr ou Ezio et a la possibilité de tenir une arme dans chaque main. L’IA (Intelligence Artificielle) des ennemis a elle aussi été revue à la hausse, en effet ceux-ci n’hésiteront pas à vous tirer dessus ou à vous attaquer même si vous êtes déjà engagés sur un autre combat. Au niveau des armes, Connor possède un arsenal relativement plus varié que ses ancêtres, on retrouvera ainsi le fameux tomahawk mais aussi la lame secrète des Assassins, un arc ou encore une épée qui vous permettront de varier vos techniques d’assassinat et être plus actif dans les phases de combat.

Côté gameplay, Ubisoft est loin d’être avare en nouveautés. En effet Connor est en mesure de chasser toutes les bestioles qu’il trouvera lorsqu’il explorera la Frontière, ce qui lui permettra ainsi de récupérer leur peau et leur viande afin de les revendre pour obtenir de l’argent. Le système de parkour a lui aussi été largement corrigé et permet à Connor d’escalader les arbres de la Frontière ou encore de traverser les bâtiments de Boston et New-York offrant ainsi une expérience encore plus fluide et réaliste que dans les précédents volets. Les quêtes annexes sont elles aussi de la partie et sont ici encore plus nombreuses et variées que ce soit dans les villes de Boston et New York ou sur la Frontière. Celles-ci permettent ainsi au joueur de souffler un peu entre les différents événements composant la trame principale et d’effectuer quelques missions plutôt sympathiques (Connor pourra notamment faire une partie de pétanque entre 2 missions ! Oui de pétanque).

Mais la plus grosse nouveauté de cet opus reste bien évidemment les batailles navales ! En effet il vous sera possible de troquer votre costume d’assassin pour endosser celui de marin lors de ces phases relativement impressionnantes malgré une prise en main plutôt laborieuse mais qui ne gâchent en aucun cas le plaisir que l’on éprouve lorsque l’on détruit un navire anglais. Autre petite surprise les phases ou l’on a la possibilité d’incarner Desmond ! Si elles se révélaient extrêmement courtes et ne servaient pas à grand-chose dans les opus précédents, cette fois-ci c’est tout le contraire. Desmond a ainsi droit à plusieurs phases de plate-forme et d’infiltration plutôt sympathique dans un environnement urbain qui change radicalement de ce à quoi nous avait habitué Ubisoft, on se retrouve donc avec 5 heures consacrées à Desmond sur les 25 à 30 heures de jeu proposées.

Au niveau des graphismes, Assassin’s Creed III n’a absolument rien à se reprocher. Ubisoft frappe encore une fois très fort et nous offre des décors tout sublimes les uns que les autres, le nouveau moteur graphique apportant un vent de fraicheur au niveau des bâtiments qui entourent Connor mais aussi aux visages des personnages qui offrent encore plus de détails que par le passé. Mais ce moteur permet d’ajouter une nouveauté supplémentaire, à savoir le changement de saison qui rendra l’expérience encore plus réaliste, à mesure que l’histoire de Connor avance les saisons défilent et l’on passe d’un paysage totalement enneigé dans lequel notre héros avancera péniblement à des paysages ensoleillés ou celui-ci évoluera comme un poisson dans l’eau.

Comme toujours Ubisoft accord une grande importance à la bande-son de cet opus. On change cependant de compositeur, Jesper Kyd laisse ainsi sa place à Lorne Balfe qui avait déjà officié en tant que co-compositeur sur Assassin’s Creed Revelations et qui nous offre une partition excellente dans la lignée des précédentes. Le doublage français (dont une grande partie a été effectué avec des doubleurs professionnels québécois) se révèle lui aussi très bon et de qualité grâce à des comédiens toujours aussi investis dans leur travail.

Avec ce dernier volet de la saga Ubisoft livre une fin en apothéose aux aventures de Desmond. Bénéficiant de graphismes sublimes, d’un scénario à la hauteur de nos attentes, de nombreuses nouveautés toutes plus intéressantes les unes que les autres et d’une période historique absolument passionnante, Assassin’s Creed III est clairement la perle vidéoludique de cette fin d’année et conclut en beauté une saga qui aura su s’imposer dans le cœur des joueurs du monde entier.



Par Florian

Commentaires

Partagez votre point de vue, commentez ce test ou rédigez même votre propre test !



Fatal error: Uncaught exception 'PDOException' with message 'SQLSTATE[42000]: Syntax error or access violation: 1064 You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near 's Creed III' ORDER BY id' at line 1' in /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php:115 Stack trace: #0 /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php(115): PDO->query('SELECT pseudo, ...') #1 {main} thrown in /homepages/4/d332426586/htdocs/screen-play.fr/critique_jv.php on line 115